DruckversionDruckversion
Taketina, lettre d´information  
Fin d'année 2017
ou  
« Le corps et le mental »


Traduction de l'allemand par K. B.
 
Depuis longtemps, la philosophie, la religion et la science se consacrent au thème du corps et du mental. 
Il semble que la question soit très controversée : il existe tant de théories à ce sujet que les murs entiers des bibliothèques en sont remplis !
Cette division entre "tête et ventre", par exemple, est la matière de base des conflits que nous trouvons constamment dans les romans.
Mais sont-ils vraiment deux mondes complètement différents?
N’y a-t-il pas des similitudes dans les deux domaines?
Devons-nous peut-être définir une manière appropriée pour accéder aux deux domaines ?

Afin de délimiter un peu cet immense sujet, j'ai subdivisé le domaine du mental :

mental1
1) La pensée, qui permet de planifier et d’analyser en se concentrant.
2) Linéarité du mental par rapport au temps. Cela nous permet d'identifier les causes et les effets et d’évaluer les conséquences.
3) L'apprentissage par l'expérience peut conduire d'une part à la croissance des convictions et des croyances ou à la réévaluation des sentiments éprouvés, mais il peut aussi d’autre part conduire à l'enrichissement de la connaissance et à la classification des sentiments.
4) La pensée s’efforce visiblement d’ordonner ce qui est appris.

Passons maintenant au corps ...

corp1

Dans ce graphique, vous pouvez voir que le corps traite d'autres thèmes :

1) le corps est vivant (respiration, battement de cœur, processus physiologiques...) et nous permet d'agir et de ressentir à travers le système sensoriel avec précision et sensibilité.
2) Le corps expérimente l'espace qu'il occupe à travers ses dimensions et son environnement. Il réagit en s'élargissant ou en se repliant, même lorsqu'il vit des émotions différentes.
3) Nos capacités physiques résultent de la somme des expériences des mouvements et des sentiments ressentis. Les émotions en font aussi partie.
4) Le corps est spécialisé dans l'action ↔ réaction, en tant que résultat de la perception et de l'agir.
 
Dans le Shivaïsme du Cachemire, il y a beaucoup de textes tantriques qui démontrent notre conception limitée de l'espace et du temps, de l'esprit et du corps.
J'ai donc élargi les deux graphiques. Les domaines du mental s'élargissent lorsque la linéarité du temps s'arrête. Le corps élargit ses possibilités quand les limites de l'espace se dissolvent.

C´est donc un assouplissement des frontières entre le corps et l'esprit.

(... n'est-ce pas ce que tous les courants mystiques veulent vraiment?)
Par exemple, le corps est appelé instrument par les Shivaïtes du Cachemire. 
Un instrument qui, idéalement, s'adapte toujours à la réalité. 
Si le corps-instrument est bien réglé, c'est-à-dire si sa vibration est en résonance avec la réalité, alors nous sommes intimement reliés à notre environnement.


mental2corp2

Ces deux domaines, mental et corps, se révèlent bien sûr en Taketina, en lien avec les thèmes ci-dessus. La tête et le ventre sont abordés, les deux zones étant stimulées.
Nous commençons par la récitation des syllabes et la pose des pieds, soit le temps linéaire utile au mental et la limitation de l’espace pour le corps.  
Car nous sommes le plus souvent habitués à gouverner le corps avec les outils du mental. En Taketina, cela ne sera plus nécessaire.
Ainsi le corps ressent l'action et la sensation immédiatement, il absorbe avec reconnaissance "son monde" et le mental peut dès lors prendre soin de son domaine.  
Les deux domaines sont donc traités simultanément. Après un certain temps, le corps et le mental entrent dans leur propre sphère transcendante (ce sont les deux derniers graphiques).

Dans cette transcendance, la limitation et la dualité entre "tête et ventre" peuvent finalement se dissoudre et devenir UNE.
Je vous invite ainsi à explorer ces domaines dans leur dynamique corporelle et mentale.
Et peut-être, lors d´une prochaine session de Taketina, faire l'expérience de cette unité, dans l'intemporalité et la spatialité illimitée ...
 
Avec mes meilleures salutations,
Alex